Retour au toit souple pour la BMW Série 4 2021 - Actualités

Nouveaux modèles

Retour au toit souple pour la BMW Série 4 2021

À la suite du dévoilement du coupé de Série 4, ce n’était qu’une question de jours avant que le cabriolet ne se pointe. Dans l’opération, il revient aux sources avec un toit souple.

30 septembre 2020

BMW

Après le coupé M4, c’est maintenant au tour de la version cabriolet de se pointer le bout de la calandre dans la gamme de la nouvelle génération de la BMW Série 4 2021. Il ne reste plus qu’à attendre pour le GranCoupé.

Le cabriolet est indissociable du coupé dans la gamme de la Série 4, et même à l’époque où l’on en parlait encore comme la Série 3. De tout temps, BMW a offert l’un des plus élégants cabriolets de taille compacte de l’industrie. Avec la Série 4 Cabriolet 2021, on s’inscrit une fois de plus dans cette lignée qui perdure depuis 35 ans.

Comme toujours, le cabriolet est un dérivé intégral du coupé. Dans le cas présent, ce qui marque le plus, c’est incontestablement l’intégration d’une grille de calandre chromée. Depuis les tout premiers débuts de la controversée calandre de la Série 4, nous ne l’avions vue qu’en noir ; elle fait ainsi le passage à l’argenterie, et, contre toute attente, c’est de bon goût. Il faut croire qu’on commence à s’y habituer.

 

 

L’autre aspect qu’on considère plus significatif, le retour du toit souple. Au cours des dernières générations, BMW a fait l’erreur de proposer un toit rigide rétractable. Ce dernier, d’une fiabilité douteuse, émettait bon nombre de craquements et alourdissait passablement le véhicule. Le déséquilibre des masses était particulièrement probant quand on rétractait le toit dans le coffre. Le coffre aussi souffrait beaucoup de cette configuration avec un volume quasi réduit à néant. Soudainement, BMW se souvient que le passage au toit souple permet une importante réduction de la masse, un meilleur centre de gravité, un coffre plus grand de 34 litres et, par-dessous tout, un comportement routier plus agile. L’opération d’ouverture se fait en 18 secondes jusqu’à une vitesse de 50 kilomètres/heure.

Tout comme le coupé, les proportions sont sensiblement revues à la hausse. Le cabriolet est donc plus long de 132 millimètres (5,2 pouces), plus large de 25 millimètres (1 pouce), et l’empattement s’étire de 40 millimètres (1,6 pouce). Encore une fois, cette nouvelle approche permet de mieux asseoir le bolide sur ses roues.

En termes de mécanique, sans grande surprise, on récupère intégralement la proposition du coupé. De base, le 430i reçoit un 4-cylindres de 2,0 litres développant 255 chevaux et produisant un couple de 295 livres-pieds. Pour un peu plus de puissance, on retrouve le M440i avec sa merveilleuse mécanique à 6 cylindres en ligne qui pousse 382 chevaux et produit un couple de 369 livres-pieds. Dans les deux cas, la boîte de vitesses automatique à 8 rapports est offerte. Pour l’instant, nous ne savons pas si nous aurons droit, comme aux États-Unis, à des versions strictement à propulsion, ou si l’intégrale xDrive sera de série. Si l’on se fie uniquement au coupé, le xDrive sera présent partout sur les modèles canadiens.  

Un peu plus tard, nous verrons la gamme s’élargir avec une version du type coupé à quatre portes, le GranCoupé ; et, naturellement, le cabriolet aura aussi droit à sa version M4 avec sa puissance de 503 chevaux.  

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer