Audi RS Q3 : pas pour nous, les bombes d’Ingolstadt - Actualités

Nouveaux modèles

Audi RS Q3 : pas pour nous, les bombes d’Ingolstadt

Contre toute attente, Audi refuse de venir jouer dans les plates-bandes du Mercedes-AMG GLA45 avec ses RS Q3.

Luc-Olivier Chamberland

26 septembre 2019

Audi

Audi dévoile deux nouvelles versions dans la gamme de son petit Q3. On découvre maintenant les RS Q3 et RS Q3 Sportback, deux bolides pimentés que l’on ne verra malheureusement pas chez nous.

Audi dévoile une nouvelle version de haute performance basée sur la gamme renouvelée du Q3 / Q3 Sportback. Mais même si le VUS sous-compact a tout pour affronter de plein fouet le Mercedes-AMG GLA45, Audi préfère passer son tour sur le territoire nord-américain. Nos voisins du Sud n’en voulaient tout simplement pas… pour le moment.

À LIRE AUSSI :
Audi RS6 Avant : bienvenue au Canada
Essai du Audi Q7 3,0 TFSI 2020

Les RS Q3 se distinguent par un design nettement plus agressif que les modèles de « base ». Tout le bouclier avant se voit repensé. Une grille de calandre plus dynamique en nid-d’abeilles est intégrée, et des appliques grises contrastantes s’invitent avec leur forme de boomerang.


RS Q3 Sportback

Pour asseoir le véhicule sur ses énormes roues de 20 ou 21 pouces, les voies sont élargies. Là encore, la sportivité est manifeste. Le spectacle continue à l’arrière avec un nouveau pare-chocs, un diffuseur aérodynamique fonctionnel de même que deux imposants pots d’échappement. Le tout est surplombé de l’applique grise contrastante tandis qu’un peu partout sur la carrosserie, des accents noirs lustrés décorent les différents panneaux.


RS Q3

Dans la cabine, la tendance habituelle des produits RS est suivie. L’aventure débute avec un volant à fond plat, des surpiqûres décoratives, des appliques noires lustrées et d’autres en faux aluminium. Pour optimiser la position et le confort des occupants, les sièges sont recouverts d’Alcantara.


RS Q3 2020

Jusque-là, ce sont des décorations. Bien que le RS Q3 soit le plus petit VUS de la famille, aucune concession n’est faite quant à ses performances. Sous le capot, une mécanique connue est reconduite, celle de la TT-RS, soit un cinq-cylindres de 2,5 litres. Sous cette application, il développe 395 chevaux et un couple de 354 lb-pi. Le tout passe par une boîte automatique à sept rapports et bien sûr, le rouage intégral quattro est de la partie. Audi se targue d’un temps d’accélération de 4,5 secondes pour le 0-100 km/h, et d’une vitesse de pointe de 280 km/h avec l’option de performance.

Les ingénieurs ne se limitent pas à l’envergure de la mécanique. Les suspensions sont revisitées, étant plus fermes et abaissées de 0,4 pouce. Dans le catalogue des options, des amortisseurs encore plus sportifs sont disponibles et à ce compte-là, le contrôle dynamique du châssis et des amortisseurs adaptatifs est inclus.

Les freins ne sont évidemment pas en reste; des disques beaucoup plus généreux et puissants sont proposés. À l’avant, leur taille est de 14,8 pouces avec étriers à six pistons. À l’arrière, ils plafonnent à 12,2 pouces. Ceux qui cocheront toutes les options auront un ensemble de freins en céramique carbone. Là on tombe dans la « ligue majeure » puisque les disques atteignent 15 pouces à l’avant.

Difficile de comprendre pourquoi Audi refuse d’importer le RS Q3 et encore plus étonnamment, la gamme complète du Q3 Sportback. Sans l’ombre d’un doute, ces véhicules livreraient une passionnante bataille aux Mercedes-AMG GLA45 et BMW X2.

POURRAIT VOUS INTÉRESSER :
Un essai comparatif Mercedes-Benz GLA 250 c. BMW X2!

   
               
Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer