Une loi pourrait forcer les voitures à avertir de la présence d’un enfant à l’arrière - Actualités

Archive

Une loi pourrait forcer les voitures à avertir de la présence d’un enfant à l’arrière

Une loi pourrait forcer les voitures à avertir de la présence d’un enfant à l’arrière

Daniel Rufiange

19 septembre 2016

Chaque année, aux quatre coins de l’Amérique du Nord (et du monde, sans aucun doute), des enfants meurent de chaleur parce qu’ils sont oubliés à l’arrière de véhicules. Encore au cours des dernières semaines, des cas ont fait la manchette au Québec. Aux États-Unis, ce sont 37 bambins qui décèdent annuellement, victimes d’une grave inattention.

Une loi pourrait bien leur venir en aide.

En effet, des membres de la Chambre des représentants des États-Unis viennent de déposer un projet de lui qui forcerait les manufacturiers à munir leurs futurs produits d’un dispositif. Ce dernier avertirait le conducteur d’un véhicule qu’un enfant se trouve à l’arrière lorsque le contact du moteur est coupé.

La proposition, qui émane de membres appartenant aux états américains de l’Ohio, de New York et de l’Illinois, porte le nom de HOT CARS Act. Les lettes HOT CARS servent d’acronyme pour Helping Overcome Trauma for Children Alone in Rear Seats.

Le but est évidemment de sauver la vie d’enfants, mais aussi d’animaux qui, eux aussi, sont souvent oubliés à l’arrière de véhicules.

La proposition de loi ne spécifie pas quel type de système d’alerte devra être installé par les constructeurs. Elle explique plutôt que « tous les nouveaux véhicules devront être équipés d’une technologie qui alerte le conducteur de la présence d’un passager à l’arrière une fois le contact du moteur coupé. »

Dans le projet de législation, il est mentionné que General Motors est déjà actif en ce sens. Par exemple, le nouveau GMC Acadia est équipé d’un dispositif qui avertit de la présence possible d’une personne à l’arrière lorsqu’on éteint le moteur. Le système est simple. Lorsqu’on ouvre la portière arrière d’un véhicule avant de démarrer, ce dernier en déduit qu’une personne est à l’arrière et se charge de nous en avertir à l’arrêt. Si la portière arrière n’est pas ouverte avant de prendre la route, il n’y a pas d’avertissement.

Bien qu’on ne parle que d’un projet de loi pour l’instant, il faut s’attendre à ce que ce dernier devienne une réalité. D’ailleurs, il ne faudra pas s’étonner non plus de voir d’autres constructeurs être proactifs et d’agir avant qu’une législation ne les force à le faire.

Toute vie est précieuse et un dispositif semblable à celui que l’on retrouve dans le GMC Acadia semble un incontournable.

Il faudra seulement attendre que le parc automobile se renouvelle de lui-même avant de savoir que tous les véhicules immatriculés seront équipés d’un tel système.

Un pas à la fois.

À lire également : 

Essai du GMC Acadia 2017

Les dix intérieurs les plus conviviaux selon Wards

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer