Scandale Volkswagen : l’amende atteint 4,3 milliards aux USA - Actualités

Archive

Scandale Volkswagen : l’amende atteint 4,3 milliards aux USA

Scandale Volkswagen : l’amende atteint 4,3 milliards aux USA

Luc-Olivier Chamberland

12 janvier 2017

Le Scandale Volkswagen vient de clore un autre important chapitre de sa saga. Après avoir annoncé une entente avec les propriétaires de voitures il y a quelques semaines, c’est maintenant au tour des organisations gouvernementales de trouver un accord avec le géant allemand. Le résultat : une amende de 4,3 milliards de dollars américains.

Le montant est substantiel, il n’y a pas de doute, mais il demeure nettement inférieur aux premières prédictions qui jouaient dans la trentaine de milliards. Volkswagen a reconnu et plaidé coupable à trois chefs d’accusation : conspiration, obstruction à la justice et utilisation de faux documents dans le but d’assurer l’important de produits illégaux aux États-Unis.

Touchant quelques 590 000 Volkswagen et Audi par le scandale de ses moteurs diesel, Volkswagen avait volontairement inséré un programme de détection de tests dans ses véhicules afin qu’ils se conforment temporairement aux essais en laboratoire par les agences gouvernementales.

Sur les 4,3 milliards, 2,8 iront en pénalités criminelles pour les 590 000 véhicules. Le 1,5 restant servira de pénalités civiles et sera remis à l’EPA (Environmental Protection Agency). En incluant ce chiffre à la facture déjà existante de Volkswagen, le Scandale atteint maintenant une valeur estimée de 19,2 milliards uniquement en sol étasunien.

Lors de l’audience, le Député directeur McCabe se montra ferme et clair : «  Volkswagen a fraudé le gouvernement américain, violé le traité Clean Air Act et détruit la confiance que les consommateurs avaient envers l’entreprise. Ce dossier envoie un message clair aux grandes corporations, peu importe la grosseur que vous êtes, si vous contrevenez aux lois et à la protection des consommateurs et de l’environnement, vous serez attrapé et reconnu responsable. »

Toujours en lien direct avec cette histoire, six hauts dirigeants de Volkswagen America ont été accusés : Heinz-Jakob Neusser, Jens Hadler, Richard Dorenkamp, Bernd Gottweis, Juergen Peter et Oliver Schmidt. On ne connaît pas encore exactement la nature des accusations qui leur sont personnellement portées.

Le dossier est clos, mais Volkswagen entre dans une période de probation de trois ans. À partir de maintenant, Volkswagen devra se soumettre à des vérifications extérieures de la part des agences gouvernementales et environnementales.

À lire également : Scandale Volkswagen au Canada : une amende de 2,1 milliards

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer