Scandale Volkswagen, au tour du V6 de 3.0 litres d’y passer - Actualités

Archive

Scandale Volkswagen, au tour du V6 de 3.0 litres d’y passer

Scandale Volkswagen, au tour du V6 de 3.0 litres d’y passer

Luc-Olivier Chamberland

2 novembre 2015

Volkswagen avait promis dur comme le fer que sa tricherie ne touchait que les véhicules équipés d’un quatre cylindres de 2.0 litres de la famille EA188, on apprend avec stupéfaction aujourd’hui que ce n’est pas le cas. En effet, l’EPA (Environmental Protection Agency) a découvert que le compétent V6 TDI de 3.0 litres est également une escroquerie puisque lui aussi a reçu une modification qui lui permet de passer les tests d’émission. On parle d’une deuxième violation volontaire de la part du Groupe Volkswagen face aux strictes et sévères Clean Air Act américain.

Contrairement à la première frappe où Volkswagen a confessé son « crime » dans le cas présent, c’est l’EPA qui l’affirme. À ce titre, nous attendons toujours les aveux de Volkswagen.

Alors que dans la première situation, on ciblait essentiellement des Volkswagen et quelques Audi, cette fois, ce sont des produits nettement plus hauts de gamme qui sont visés. On parle du Volkswagen Touareg 2014, du Porsche Cayenne 2015 ainsi que des Audi A6/A7/A8/A8L et l’utilitaire Q5 2016. On note que ce sont des offres très récentes. On ne sait toujours pas si l’EPA reculera dans le temps pour aller aussi loin que 2009 comme ce fut le cas pour le quatre cylindres.

L’EPA s’explique : « Volkswagen a fabriqué et installé une programmation dans le contrôle électronique de ces véhicules qui détermine quand le produit est à l’essai pour établir s’il est conforme aux normes de l’EPA. Quand il constate qu’il est bel et bien en examen, le moteur se met en mode de conditionnement de température pour réduire les gaz de NOx. Dans ces situations, il passe les épreuves et obtient son homologation. Moins d’une seconde après la fin du test, il revient à une série de paramètres normaux qui augmentent les émissions de NOx jusqu’à 9 fois et l’on découvrit clairement que le programme retourne au mode « normal ».

Pour le moment, on vise environ 10 000 unités supplémentaires pour les États-Unis pour des modèles écoulés depuis 2014. À ce jour, il n’y a que le sud de nos frontières qui est atteint, mais le Canada suivra puisque l’on demande les mêmes restrictions. Reste à voir ce qu’il adviendra à l’échelle internationale où l’ensemble de ces Volkswagen/Porsche/Audi est vendu.

À lire également :
Scandale Volkswagen, rappel de 11 millions de véhicules
Des pertes monumentales pour Volkswagen

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer