Plaques personnalisées : peut-être que oui, mais ce sera probablement non… - Actualités

Archive

Plaques personnalisées : peut-être que oui, mais ce sera probablement non…

Plaques personnalisées : peut-être que oui, mais ce sera probablement non…

Marie-Eve Côté

3 décembre 2014

Il y a quelques mois, on avait annoncé en grande pompe que les automobilistes pourraient désormais avoir leur plaque d’immatriculation personnalisée à leur gout. Évidemment, certains acronymes douteux, vulgaires ou de mauvais gouts ne seraient pas tolérés. Mais voilà que le gouvernement du Québec décide de mettre ce projet sur la glace…

Les utilisateurs étaient pour la plupart heureux de cette nouvelle et attendaient avec impatience l’automne 2015 pour commander leur plaque. Pour plus de précision, et selon les dires de la SAAQ (société de l’assurance automobile du Québec), près de 40 % des automobilistes interrogées avaient manifesté leur intention de se procurer une telle plaque, et ce au cout de 150 $.

Changement de ministre, changement de projet?
En vérité, le projet des plaques personnalisées avait été lancé par l’ancien ministre des Transports, Sylvain Gaudreault. La personne qui occupe le poste de ministre des Transports n’est maintenant plus monsieur Gaudreault, mais plutôt Robert Poeti. Ce dernier a évoqué plusieurs raisons concernant la suspension de ce projet, mais selon lui, il serait trop dispendieux de mettre à jour les systèmes informatiques.

Pourtant, si l’on analyse rapidement la situation, les 40 % d’automobilistes au Québec qui voudraient débourser une somme de 150 $ pour cette plaque apporteraient à la SAAQ des millions de dollars, et ce, dès la première année seulement!

La peur des mots
La raison principale évoquée concernant cette suspension est toutefois la peur de voir des acronymes ou des mots qui seraient vulgaires, de mauvais gout ou de langue anglaise. Selon ce qu’a rapporté TVA Nouvelles, les juristes du ministère des Transports essaieraient de trouver une façon d’empêcher cela. Mais, le projet n’avait-il pas déjà évoqué et pris des dispositions pour ne pas avoir ce problème? Oui, c’est le cas...

SAAQ : société d’État
De plus, il faut noter que la SAAQ est une société d’État. Ceci veut donc dire que certaines lois doivent être respectées. Certains mots ou acronymes d’utilisateurs ne respecteraient donc probablement pas la Loi sur l’affichage par exemple…

Si ce projet de plaques personnalisées semblait être « dans la poche », le vent a tourné et rien n’est plus certain maintenant. Le ministère des Transports devra donc décider s’il abolit le projet ou s’il continuera à chercher un moyen d’éliminer la possibilité de créer des mots ou acronymes de mauvais gout… C’est à suivre!

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer