Los Angeles : Hyundai Elantra 2017, ou le conservatisme renouvelé - Actualités

Archive

Los Angeles : Hyundai Elantra 2017, ou le conservatisme renouvelé

Los Angeles : Hyundai Elantra 2017, ou le conservatisme renouvelé

Daniel Rufiange

19 novembre 2015

Chaque constructeur possède son joueur de concession, celui par lequel le succès de l’entreprise passe. Chez Hyundai, c’est l’Elantra. Introduite en octobre 1990, cette voiture compacte a su s’imposer au point où c’est elle qui tire la barque aujourd’hui.

En conséquence, son renouvellement est une grosse affaire, comme lorsque Honda touche à sa Civic, Toyota à sa Corolla.

Le constructeur coréen a choisi le Salon de Los Angeles pour présenter la sixième génération du modèle, mais l’assaut ne s’arrêtera pas là. Lors du prochain Super Bowl, l’événement sportif le plus vu à travers les États-Unis, la nouvelle Elantra sera partout.

Lorsqu’on sait combien coûte du temps d’antenne lors de cet événement, on comprend davantage l’importance de cette voiture dans l’échiquier du constructeur.

La question : Hyundai va-t-elle faire mouche avec sa nouvelle venue?

Conservatisme
Les générations de produits Hyundai introduits à la fin des années 2010 et au début de la présente décennie mettaient de l’avant une philosophie de design nommée sculpture fluidique. Cette approche avait l’avantage d’être distinctive, mais on ne peut pas dire qu’elle rendait hommage à chacun des véhicules qui la recevaient. Dans le cas de la Sonata et du Tucson, le temps n’a pas été clément.

En revanche, appliqué à l’Elantra, ce fut plus intéressant. Voilà qui explique, du moins en partie, les succès remportés par le modèle de cinquième génération. Ce dernier a aidé Hyundai à poursuivre son enracinement en sol nord-américain, elle qui s’apprête à fêter les 30 ans de son arrivée.

À elle seule, l’Elantra s’est hissée au 6e rang mondial au chapitre des ventes; un exploit hors du commun.

Voilà peut-être pourquoi on y est allé de façon très conservatrice avec ce nouveau design. Il faut dire que ce dernier s’inspire de ce qui a été fait récemment chez d’autres produits de la marque, notamment la Sonata, le Tucson et la Santa Fe.

Chose certaine, on ne risque pas de choquer. Toutefois, il faut reconnaître qu’on a soigneusement travaillé les lignes, à tel point que le Cx atteint désormais l’impressionnante cote de 0.27. Des becquets arrière, sous la carrosserie et sur le coffre, des plaques sous le châssis, de même que des déflecteurs au niveau des roues avant sont autant d’éléments qui contribuent à l’excellent aérodynamisme du modèle.

L’Elantra gagne aussi du volume, si bien que dans les faits, sa taille est celle d’une voiture intermédiaire. Concrètement, ça se traduit par un gain de 20 mm en longueur, 5 en largeur et en hauteur. L’empattement, lui, est demeuré le même.

 



Intérieur
En s’insérant à l’intérieur de l’Elantra, le consommateur va découvrir que les progrès des dernières années en matière de qualité n’étaient pas de la frime. Hyundai en remet et, comme toujours, le niveau d’équipement livré défie toute concurrence. Un exemple : pour la première fois dans le segment, le dispositif qui permet la mémorisation de la position du siège du conducteur et du rétroviseur est livré.

Au niveau de la connectivité, l’Elantra demeure à la fine pointe et permettra à son propriétaire de demeurer connecté en tout temps. 

Nempêche, en regardant l'ensemble, on se doit d'être déçus.


Mécanique
Pour animer son modèle le plus populaire, Hyundai fait appel à un nouveau moteur 4-cylindres de 2 litres. Ce dernier met à profit le cycle Atkinson, normalement réservé aux voitures hybrides, de même que l’injection multipoint. On nous promet des économies d’essence importante, bien qu’aucune statistique détaillée n’ait été avancée. On a toutefois parlé d’une moyenne de 33 milles au gallon, soit 7,1 litres aux 100 kilomètres. La puissance : 147 chevaux et 132 livres-pieds de couple.

Une boîte manuelle à six rapports, de même qu’une transmission automatique comptant aussi six vitesses, pourra être jumelée au moteur.

Enfin, Hyundai jure aussi que le comportement routier de l’Elantra sera plus dynamique que jamais. Pour y arriver, on a utilisé une plus grande quantité d’acier à haute résistance, question d’augmenter le niveau de rigidité de la caisse. La géométrie des suspensions a été revue à l’arrière et les modes de conduite (Normal, Sport et Eco) permettent aussi d’ajuster le rendement de la voiture selon la situation… ou selon votre humeur.

L’Elantra va se pointer en début d’année. Attendez-vous à une campagne publicitaire agressive.

Le Potentiel est là, mais la voiture devra être à la hauteur pour conserver ses acquis. Son design seul ne suffira pas. La concurrence offre aussi d’excellents produits et l’ennemi à abattre, Honda, vient de présenter la meilleure Civic à ce jour.

La suite s’annonce intéressante.

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer