Le conducteur décédé au volant de la Tesla roulait trop vite - Actualités

Archive

Le conducteur décédé au volant de la Tesla roulait trop vite

Le conducteur décédé au volant de la Tesla roulait trop vite

Daniel Rufiange

27 juillet 2016

Il y a environ un mois, Joshua Brown perdait la vie au volant de sa Tesla Model S alors que cette dernière circulait grâce à son mode de pilotage automatique. La nouvelle a fait grand bruit et a relancé le débat concernant l’avenir et la place de la voiture autonome.

Une enquête a été lancée sur les circonstances de l’accident. Les premiers rapports mentionnaient que le type écoutait un film au moment de l’impact.

Ce qui est certain, c’est que le mode d’auto pilotage n’a pas détecté le camion qui est sorti d’une autre route pour se mettre en travers devant la Tesla. La collision a été fatale alors que la voiture de Joshua Brown est passée sous la remorque, se faisant du coup arracher son toit. Le conducteur serait décédé sur le coup.

Si la « défaillance » du système d’auto pilotage est acquise, les dernières nouvelles concernant l’accident nous permettent de mettre quelques éléments en perspective.

L’un d’eux est la vitesse à laquelle filait la Tesla de Joshua Brown. Il a été déterminé par le National Transportation Safety Board que cette dernière se déplaçait à 74 milles à l’heure (120 km/h) au moment de l’impact. La limite autorisée sur la route où a lieu le drame était de 65 milles à l’heure (105 km/h).

Si la différence entre les deux ne semble pas à ce point alarmante et ne peut certainement pas expliquer à elle seule les raisons de la collision, un sérieux questionnement doit être soulevé sur la responsabilité du conducteur. En effet, en fouillant dans son dossier de conduite, on découvre qu’entre 2010 et 2015, ce dernier a multiplié les infractions au Code de la route et qu’à chaque fois, la vitesse était en cause. En tout, huit délits ont été recensés.

Le dernier, en novembre 2015, fait état d’une vitesse de 64 milles à l’heure (103 km/h) dans une zone de… 35 milles à l’heure (60 km/h).

Avait-on affaire à un délinquant de la route? Si oui, ça nous éclaire davantage sur le vrai responsable de l’accident, même si en bout de piste, il est évident que de faire entièrement confiance à la machine est au départ une grave erreur.

À lire également : 

Face à face : Dodge Charger / Tesla Model S P85D

GM investit dans la conduite autonome en Ontario

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer