Ford commercialisera un taxi sans conducteur d’ici 2021 - Actualités

Archive

Ford commercialisera un taxi sans conducteur d’ici 2021

Ford commercialisera un taxi sans conducteur d’ici 2021

Daniel Rufiange

17 août 2016

Si certains doutent encore de l’arrivée prochaine de voitures à conduite autonome, une allocution prononcée hier par Mark Fields, le grand patron de Ford, est de nature à dissiper tous les doutes. Le constructeur a en effet annoncé qu’il prévoyait livrer une grande quantité de véhicules taxis entièrement autonomes d’ici 2021.

Le plan est ambitieux, certes, mais les efforts déployés par la firme à l’ovale bleu dans le domaine le sont tout autant.

Déjà, 75 millions ont été investis chez Velodyne, une firme dont la division LIDAR travaille sur des technologies servant à l’animation des véhicules autonomes. L’objectif visé par ce déboursé est la réduction des coûts de production en vue de l’implantation de ladite technologie dans les produits prévus. La firme de Dearborn a également fait l’acquisition de SAIPS, une compagnie qui se spécialise notamment dans les capacités d’apprentissage des machines. Une entente exclusive avec le groupe Nirenberg Neuroscience promet aussi de raffiner les logiciels algorithmiques dédiés à la conduite automatisée.

La voiture autonome n’est plus un simple vœu pieux.

Le véhicule envisagé par Ford servira essentiellement de taxi. Il ne contiendra pas de volant, ni de pédales servant à l’accélération et au freinage. À l’instar de la vision de la voiture autonome de Google, Ford ne voit pas l’utilité de tels « encombrements » pour un produit conçu pour déplacer un maximum de personnes.

Classement des véhicules autonomes
Le taxi que compte commercialiser Ford s’inscrit, selon le classement des véhicules autonomes de la SAE (Society of Automotive Engineers), dans la catégorie quatre sur une échelle de cinq. À ce quatrième niveau, la présence d’un conducteur n’est pas nécessaire, mais stipule que le véhicule doit être utilisé dans un environnement précis, souvent sur un parcours prédéterminé. Au cinquième niveau, on parle d’une conduite automatisée à 100 %, peu importe l’endroit.

À titre comparatif, le premier niveau de cette échelle décrit une voiture plus ancienne dépourvue d’aides à la conduite. Au deuxième échelon, deux fonctions sont au moins automatisées comme le régulateur de vitesse, un système qui conserve un véhicule dans sa voie, un dispositif de freinage automatique, etc.

Une chose reste à régler, toutefois. Le système de classement de l’organisme américain National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) ne compte que quatre niveaux. De toute évidence, les autorités devront en venir à une entente afin que les règles soient claires pour tous les joueurs de l’industrie.

L’annonce d’hier nous est venue de Palo Alto, en Californie, là où quelque 130 employés de Ford travaillent sur la voiture autonome de demain. La compagnie a profité de l’occasion pour annoncer que deux nouveaux complexes faisant 150 000 pieds carrés de superficie allaient voir le jour là-bas. Ces derniers vont permettre à Ford de doubler sa main-d’œuvre.

À lire également : 

Conduite autonome : le message aux constructeurs est clair; retournez faire vos devoirs

Une voiture autonome Google impliquée dans un accident

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer