Budget Trudeau, un virage concret vers l’électrification - Actualités

Archive

Budget Trudeau, un virage concret vers l’électrification

Budget Trudeau, un virage concret vers l’électrification

Luc-Olivier Chamberland

25 mars 2016

Le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, a déposé cette semaine le premier budget du gouvernement Trudeau. Comme promis en campagne électorale, le Canada fera un important virage vert qui se manifestera par une offensive en matière d’électrification des transports.

L’action gouvernementale se fera en grande partie sous la responsabilité du Ministère des Transports. Un fonds de 62,5 millions pour l’exercice 2016-2017 sera octroyé pour améliorer et développer un réseau national axé sur l’accessibilité aux énergies alternatives. Ottawa orientera sa démarche sur l’éclosion d’un circuit de bornes de recharge à la grandeur du pays. De plus, il favorisera l’implantation de stations au gaz naturel et à hydrogène en partenariat avec le secteur privé.

Sachant qu’il ne s’agit pas d’un domaine de sa juridiction, le gouvernement Trudeau s’adressera aux provinces, aux territoires et aux municipalités afin de coordonner une stratégie commune en fonction des besoins, des demandes et des dispositions de chacun. L’apport de sociétés d’État comme Hydro-Québec sera mis à contribution pour leur expertise quant au développement du Circuit électrique.

Le ministre Morneau illustre l’importance de ces gestes pour les générations à venir: « les choix en matière de véhicules qui sont faits aujourd’hui détermineront l’éventail de technologies qui seront sur la route en 2030. »

Pour encourager les entreprises, on introduit l’électrification dans les actions admissibles aux taux de déduction pour amortissement. Ceux qui favoriseront l’implantation de bornes électriques au sein de leur organisation jouiront de réductions d’impôts. Cette mesure s’appliquera selon différents niveaux. Plus l’installation de recharge permettra de longs déplacements, plus les avantages seront importants.

Parallèlement à ces dispositions, un investissement de 20 millions sur huit ans, à partir de 2018-2019, sera mis en place pour la création de deux chaires dédiées aux énergies propres et renouvelables.

Excluant l’automobile, les transports ferroviaires, aériens et maritimes comptent pour 23% des émissions polluantes au Canada. Le gouvernement accordera 56.9 millions à ces secteurs pour qu’ils se transforment.

Le transport en commun sera la plus importante offensive avec une enveloppe de 3,4 milliards sur trois ans. On vise une augmentation de l’efficacité. Les sociétés devront se montrer plus vertes en intégrant des technologies propres, dont l’électrification ou l’hybridation.

Le réseau routier sera réévalué pour minimiser les ralentissements et les bouchons de circulation qui entrainent des milliards de dollars en perte pour les entreprises canadiennes. Le meilleur exemple à citer est la configuration du nouveau pont Champlain dans la région de Montréal. Comment le rendre plus écoénergétique? Les ingénieurs civils ayant des contrats d’infrastructure devront considérer plus que jamais la notion de fluidité et d’efficacité dans la conception des artères de compétence fédérale.

Finalement, une mesure symbolique est proposée dans le budget. Les limousines ministérielles à Ottawa seront remplacées par des voitures électriques. Pour le moment, le gouvernement ne fait pas mention du choix du véhicule qui sera adopté.

À lire également :
Essai de la Nissan Leaf 2016
New York : Dévoilement de la Toyota Prius Prime 2017

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer