MODÈLES (Fiche technique, prix, évaluation)

CONTENU (Essais, actualités, chroniques, vidéos)

  1. Vous n'avez aucune alerte.
RPM
MonRPM

Salon de Detroit, c’est vraiment la fin!

L’organisation du Salon de Detroit a promis sa renaissance, mais il faut se rendre à l’évidence, ce grand salon est bel et bien mort.

Luc-Olivier Chamberland
Salon de Detroit, c’est vraiment la fin!

Peut-être ai-je déjà atteint l’âge de dire « c’était mieux dans le bon vieux temps ». Cependant, il faut se rendre à l’évidence ; en ce qui a trait au Salon de l’auto de Detroit, c’est bel et bien vrai. L’organisation a tout fait pour nous séduire, nous devions même y faire une émission spéciale pour RPM, comme dans le bon vieux temps. Toutefois, lorsque nous avons obtenu l’horaire officiel des lancements, je suis tombé en bas de ma chaise, Pierre aussi, mais pas Samuel, il était en vacances !

Le party

Le Salon de l’auto de Detroit a toujours eu la réputation d’être spectaculaire, du moins, avant la crise des constructeurs en 2009. Mon premier salon était celui de 2008 où Dodge a dévoilé le Ram 2009 sur le boulevard Washington devant le Cobo Center (maintenant Huntington Hall) avec pas moins de 250 taureaux à longues cornes. Chaque présentation était un spectacle, et des présentations, il y en avait une aux quinze minutes et sur deux ou trois jours. Impossible de tout couvrir, on courait littéralement comme des poules pas de tête. Les constructeurs y dévoilaient une, deux, trois et même quatre nouveautés d’un seul coup. C’était vraiment la fête de l’automobile américaine, l’un des salons les plus importants du circuit des salons dans l’année.

Kim Cattrall

Oui, il y avait les Américains, mais les Européens et les Asiatiques étaient aussi tous de la partie. C’est à ce même salon en 2008, au dévoilement des concepts du futur GLK, que l’actrice canadienne Kim Cattrall de la série et des films Sex and the City, était alors porte-parole de Mercedes-Benz aux États-Unis et se tenait aux côtés du Dr Zetsche à qui je tenais vraiment à serrer la main. On ne comptait plus les lancements et on sentait une course entre les constructeurs à savoir lequel serait le plus spectaculaire, celui dont nous parlerions tous le lendemain. Les constructeurs invitaient des vedettes le temps d’une chanson, Bruce Springsteen, Jay-Z, Brian Adams, Kid Rock, la liste est longue. C’était le bon vieux temps.

2009

Puis est arrivée la crise financière de 2008 qui a frappé de plein fouet le monde de l’automobile. La sobriété est devenue la norme. Oui, il y a des lancements, mais la fanfare et les trompettes résonnent passablement moins fort. Du moins, le party était fini chez les Américains qui venaient presque tous de supplier les gouvernements de les sauver de la faillite. Les autres, les Européens et les Asiatiques, eux, ils ont continué la fête quelque temps.

Los Angeles et New York

Il y a eu cette prise de conscience qui a accéléré la chute de Detroit : « où est notre marché » ? C’est la question que les constructeurs se sont posée. Est-ce qu’il est préférable de dévoiler ma voiture au Michigan où je ne vends presque pas de voiture ou à Los Angeles où j’en vends des centaines par année ? Le premier constructeur à se poser la question dont j’ai le souvenir est Porsche. Presque du jour au lendemain, Porsche s’est retirée de Detroit : « À quoi bon être à Detroit en plein hiver pour y dévoiler la dernière 911 Turbo Cabriolet alors que je peux très bien le faire à Los Angeles où c’est toujours l’été ou, même, à New York par un beau printemps d’avril ? » Porsche venait de partir une tendance lourde, tous les constructeurs de luxe et de prestige ont eu la même réflexion et ont quitté. Le « prestige » de Detroit ne suffisait plus. On se rapprochait, légitimement, de ses clients.

Le CES (Consumer Electronics Show)

Comme si tout n’allait pas assez mal, un autre salon, nouveau genre, basée sur les innovations technologiques, s’est ouvert à Las Vegas, le fameux Consumer Electronics Show (CES). Le problème réside dans le fait qu’il couvrait presque les mêmes dates que Detroit. Mecque des gadgets, les constructeurs ont rapidement découvert qu’il s’agissait là de la nouvelle plateforme pour mettre en lumière leurs innovations et tout ce qui touche les gadgets dans un véhicule. J’ai le souvenir d’avoir assisté à une conférence Audi à Detroit où la présentation était diffusée en direct sur grands écrans en provenance du CES à Las Vegas. Les constructeurs ont très vite compris qu’ils auraient la même couverture médiatique à partir du CES qu’à Detroit. Leur choix s’est vite fait.

La COVID

Je n’ai pas besoin de m’éterniser sur la COVID, elle a mis la clef dans la porte du Salon pour deux années consécutives. Detroit était toutefois en quête de renouveau, on prévoyait déplacer le salon en juin pour avoir des températures plus clémentes que les froids polaires du Michigan en janvier. Enfin, l’événement ne s’est jamais tenu en été. Autre changement de stratégie, on repousse le tout en septembre pour ouvrir la saison des salons. De cette manière, j’imagine que l’organisation espérait couper l’herbe sous les pieds au Salon de Los Angeles qui se tient en novembre.

2022, la promesse

L’organisation nous a séduits avec des promesses comme quoi Detroit allait renaître de ses cendres, la grande fête serait de retour. J’y ai cru, nous y avons cru en vous préparant une émission spéciale de RPM, comme à l’époque, presque en direct du Salon. La réalité m’a frappée au moment de recevoir la liste des « présentations » ou, devrais-je dire, des « présences ». Ma ballounne s’est dégonflée, j’ai téléphoné à Pierre et je lui ai parlé de la situation. On ne pouvait plus faire une émission spéciale ici, il n’y avait pas assez de matière pour un « show ».

2022, la réalité

Nous y voilà. D’ailleurs, je vous écris ce texte de ma chambre d’hôtel, alors que je suis toujours à Detroit au lendemain de la journée de presse. J’ai assisté au lancement de la nouvelle Ford Mustang 2024, je l’ai vue en primeur, 24 heures avant son dévoilement, mais pas dans les murs du Salon. Ford a tenu des événements privés sur d’autres sites que le Huntington Hall. Quatre constructeurs y étaient présents avec un « kiosque » : GM, Ford, Stellantis et Toyota. Pour les autres constructeurs, il y avait bien quelques voitures fournies par les concessionnaires locaux qui étaient perdus à gauche et à droite, mais sans plus. Dans les attractions, vous ai-je dit que le plus gros canard gonflable du monde pèse 3 629 kilos (8 000 livres) et il est devant le Huntington Hall avec des concepts Jeep ?

Les bons souvenirs

C’est avec beaucoup de nostalgie que j’assume maintenant que le grandiose Salon de l’auto de Detroit est bel et bien mort. J’ai d’extraordinaires souvenirs ici. C’est le premier salon auquel j’ai assisté, c’est même ici que j’ai écrit mon premier texte journalistique, c’était sur le Nissan Forum concept (celui qui donnera la dernière génération de la Quest). C’est ici que j’ai vu mes premiers véhicules chinois avec des freins à tambour à l’avant et des disques à l’arrière, le tout en carton. J’ai aussi eu de grands moments avec des collègues et plusieurs personnalités du monde de l’automobile. Tout juste hier, j’ai eu le plaisir de « piquer une jasette » avec Ralph Gilles sur les lignes du concept électrique Dodge Charger Daytona SRT EV. J’ai écrit ici des centaines de textes et fait presque autant de présentations vidéo des dévoilements. Toutefois, mes plus beaux souvenirs ici sont avec mon père qui venait partager cette grande messe de l’automobile avec moi en donnant un coup de main à la production et pour photographier des véhicules sur lesquels je devais écrire en quatrième vitesse. J’espérais vraiment pouvoir revivre cette expérience avec lui, mais malheureusement, je ne pense pas revenir ici, Detroit n’est plus rien.


POURRAIT VOUS INTÉRESSER

VIDÉO : Salon de Detroit : Ford F-150 Raptor R 2023

Recevez des alertes

Recevez directement par courriel les nouveaux contenus de RPM touchant un sujet ou un véhicule qui vous intéressent. Il suffit de choisir les mots clés et en quelques clics, vous ne manquerez plus rien.

Inscrivez-vous aux alertes

À lire sur le sujet

Les articles les plus populaires

  1. 1
    Protégez vos jantes : astuces et techniques d’entretien
  2. 2
    Le Toyota Venza 2012 est-il toujours un bon produit?
  3. 3
    Pourquoi un 6-cylindres en ligne plutôt qu’en V?
  4. 4
    Pour un VUS hybride rechargeable de moins de 50 000 $, quoi choisir?
  5. 5
    Qu’est-ce qu’une transmission à variation continue (CVT) ?
  6. 6
    Signaler les changements de voie, c’est l’affaire de tous

Véhicules d'occasion populaires

en collaboration avec AutoUsagée

Trouvez le véhicule d'occasion de vos rêves

    Aucun résultat.