RPM

L'entreprise ONE vient de développer une batterie dont l’autonomie est de plus de 1 200 km

Une entreprise émergente du Michigan, ONE Inc., vient de parcourir 1 207 kilomètres avec une Tesla alimentée par sa nouvelle batterie à longue portée.

Le jour où l’autonomie de la voiture électrique dépassera les 1 000 kilomètres sur une pleine charge n’est pas très loin. Peu de temps après le dévoilement du concept Mercedes-Benz EQXX au CES, qui promet une autonomie allant jusqu’à 1 000 kilomètres, voici qu’une nouvelle entreprise du Michigan, ONE, vient d’exécuter l’exploit à bord d’une Tesla Model S.

Il s’agit, bien entendu, d’une Tesla Model S dont la batterie a été remplacée par un prototype que ONE développe depuis quelques années. En effet, un représentant de l’entreprise a pris le volant de cette Tesla en plein mois de décembre – rappelons que le Michigan a un climat semblable au nôtre – et a parcouru un total de 1 207 kilomètres.

One Inc.

Mais c’est durant un essai sur dynamomètre que la Model S a démontré des chiffres encore plus impressionnants. À une vitesse moyenne de 89 kilomètres/heure, la Tesla a enregistré 1 419 kilomètres !


Non seulement s’agit-il de la plus grande autonomie jamais enregistrée par un véhicule électrique, mais il est également question d’une évolution importante dans le développement des batteries. Cet avancement technologique pourrait rapidement donner naissance à des batteries ultra puissantes capables de parcourir de très longues distances, même par temps très froid, sans devoir se ravitailler à une borne.

One Inc.

Une chimie et une approche différente

Pour en arriver à une batterie aussi performante, ONE met surtout l’accent sur la chimie des cellules en question. Elle mentionne vouloir explorer des solutions plus sécuritaires et renouvelables, comme l’utilisation du lithium de phosphate au lieu d’une chimie basée sur le cobalt ou le nickel. Il s’agit donc de cellules de batteries qui portent l’appellation LFP (pour Lithium-Fer-Phosphate). Tesla a d'ailleurs récemment commencer à utiliser cette technologie pour certains de ses véhicules.

ONE prévoit d'ailleurs commercialiser une batterie du genre nommée Aries dès cette année. En plus de sa chimie différente, la batterie serait composée d’un principe structurel nommé « de cellule à batterie ». Autrement dit, celle-ci se débarrasse carrément des modules, ce qui permet d’y installer encore plus de cellules que dans une batterie au cobalt. L’entreprise n’a toutefois pas encore préciser ses capacités et son autonomie.

One Inc.

Gemini pour l’avenir

Dans le cas du prototype utilisé dans la Model S, il s’agit du concept Gemini, celui qui met non seulement de l’avant l’utilisation du principe des cellules du type LFP, mais qui incorpore des cellules à prolongation d’autonomie. Celles-ci seront composées d’une anode modifiée capable d’éliminer entièrement le graphite, permettant ainsi de libérer plus d’espace pour la cathode. Une telle technique permet ainsi d’améliorer la densité énergétique des cellules.

La cathode de ces cellules serait plutôt composée d’un matériau riche en manganèse qui, selon ONE, est disponible en grande quantité à un coût raisonnable.

L’entreprise précise toutefois que le concept adopté pour cette démonstration utilisait plutôt une batterie d’une capacité de 207,3 kilowattheures composée de cellules de cobalt-nickel à très haute énergie. Celle-ci occupe le même espace dans le véhicule que la batterie originale de 103,9 kilowattheures d'une Model S. Les cellules finales de Gemini sont encore en développement, mais lorsqu'elles seront au point, ONE promet une batterie donc la densité énergétique est de 416 Wh/L.

One Inc.

Ce qu’il faut retenir de cette importante avancée technologique, c’est qu’il sera possible à l’avenir de concevoir des batteries qui ont une bien plus grande densité énergétique grâce à l’utilisation de métaux différents et du principe d’installation des cellules à l’intérieur de la batterie.

Une autonomie supérieure à 1 000 kilomètres, ça en fait de la distance sur une seule charge. À titre de référence, il faut environ 550 kilomètres pour parcourir Montréal-Toronto en voiture. Imaginez un monde où il serait possible d’effectuer l’aller-retour en véhicule électrique sans devoir se ravitailler en chemin. C’est une réalité qui cogne déjà à la porte.

POURRAIT VOUS INTÉRESSER

VIDÉO : La Tesla Model S Plaid 2021 nous emmène dans une autre dimension

Recevez des alertes

Recevez directement par courriel les nouveaux contenus de RPM touchant un sujet ou un véhicule qui vous intéressent. Il suffit de choisir les mots clés et en quelques clics, vous ne manquerez plus rien.

À lire sur le sujet

Les articles les plus populaires

  1. 1
    Les écrans spectaculaires ne datent pas d’hier chez BMW
  2. 2
    Pour Nissan, les aides avancées à la conduite nécessitent un LiDAR
  3. 3
    Nissan lancera une usine pilote de batterie à électrolyte solide en 2024
  4. 4
    Plastique composé de fibres naturelles : BMW, Porsche et Volvo investissent
  5. 5
    Ford travaille à la conception d’un moteur à combustion d’hydrogène
  6. 6
    Stellantis Hurricane : un 6 cylindres en ligne à l'aube de l'électrification

Véhicules d'occasion populaires

en collaboration avec

Trouvez le véhicule d'occasion de vos rêves

    No results match your search.
    No results match your search.